Article # 37 – L’impossible pleine conscience

Image par Gerd Altmann de Pixabay
Image par Gerd Altmann de Pixabay

Depuis mon adolescence, il y a plus de 50 ans, je pense qu’il est impossible à l’Homme d’avoir une conscience pleine et entière de soi et du monde parce qu’il ne la supporterait pas et mourrait sur le champ. Avoir une pleine conscience de tout ce qui se passe sur Terre et dans tout l’Univers conduirait à une surchauffe mortelle de notre corps. Il en va de même avec une pleine conscience de soi et de son corps.

Cette impossibilité d’une conscience pleine et entière m’est venue à l’esprit lorsque j’ai porté mon regard sur affiche montrant des enfants victimes de la famine. Si je devais avoir conscience et ainsi ressentir au présent de tous les instants toute la misère du monde, je ne pourrais pas vivre une seconde de plus. Mon corps et mon esprit ne possèdent pas la capacité de survivre à une conscience pleine et entière du monde dans lequel je me trouve.

Quant à la conscience de son corps et de soi, elle ne saurait pas être pleine et entière plus longtemps que celle du monde. Une telle conscience me serait toute aussi insupportable en raison des capacités limitées de mon cerveau. Imaginez avoir une conscience pleine et entière de son corps et de son psychisme, de chaque cellule jusqu’au tréfonds de son ADN, de chaque synapse de son cerveau, de tout son inconscient, de toutes les réactions involontaires de son corps… Je n’ai pas la capacité de gérer une telle connaissance à chaque seconde de ma vie, pas plus que toutes les émotions et les et tous les sentiments qu’elle susciterait.

Aujourd’hui, j’entends parler de « pleine conscience » par la méditation.

La Pleine Conscience (mindfuness en anglais) est la conscience qui se manifeste lorsque l’on porte attention intentionnellement et de manière non jugeante sur l’expérience du moment présent. La Pleine Conscience s’entraîne par la méditation formelle et des pratiques informelles.

Source : Qu’est-ce que la Pleine Conscience ?, Association pour le Développement de la Mindfulness – France – Belgique – Suisse.

Cette définition de la Pleine Conscience nous apprend qu’il est question de méditer en se concentrant sur le moment présent.

La pleine conscience est une pratique laïque de la méditation qui consiste à essayer d’être présent à soi-même en s’offrant des moments de silence et de calme intérieur, pour juste être là, simplement là, curieux de l’instant présent, sans jugement ni commentaire afin d’harmoniser le corps et l’esprit. Pratiquer la pleine conscience ne consiste pas à ne pas penser mais juste être conscient de ses pensées, de faire la différence entre soi et ses pensées, ne pas rester accrocher à elles pour être capable de les laisser filer et s’éviter des temps de rumination. Il s’agit de distinguer les pensées qui nous sont utiles et celles qui ne le sont pas. En effet, notre organisme produit des pensées comme nous produisons de la salive, de l’urine… Méditer, c’est prendre conscience, en musclant ses capacités d’observation de notre intériorité et de ce qui nous entoure, que nous ne sommes pas nos pensées comme nous ne sommes pas notre salive ni notre urine. Pour garder cette image crue, lorsque nous allons aux toilettes, nous tirons la chasse d’eau et nous allons dans une autre pièce. Faisons de même dans notre tête et tirons la chasse sur certaines pensées pour parfois sortir de notre mental et s’ouvrir à l’expérience du présent, en se connectant à nos sens, contempler la vie et la regarder non pas comme une suite de problème mais comme un coucher de soleil.

Source : Vivre en pleine conscience,  Jean-Christophe Seznec, Médecin, consultant, conférencier, blogueur et auteur.

Je retiens de cette citation qu’il s’agit d’essayer d’être présent à soi-même et de faire la différence entre soi et ses pensées. Aussi, l’usage du qualificatif laïque est rendu nécessaire pour prendre ses distances face à l’origine religieuse de la pratique, le bouddhisme.

Pour les derniers irréductibles qui n’en auraient pas entendu parler, la mindfulness ou « pleine conscience » en français est une technique de méditation, initialement inspirée du bouddhisme. Elle consiste à se recentrer sur ses propres pensées, ses propres actions et motivations et donc à en prendre « pleinement conscience ».

Source : Méditation et pleine conscience, GEMPPI – Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en Vue de la Protection de l’Individu.

Une question se pose : La pleine conscience ne confine-t-elle pas à une forme d’égoïsme et d’éloignement des réalités de l’autre ?

Le risque narcissique existe, estime Carlo Luyckx, président de l’Union Bouddhique Belge : « Le danger est que la pleine conscience suive le même chemin que le yoga : tout le monde en fait, mais pourquoi ? Si on commence à utiliser la méditation uniquement pour soi-même, pour être plus concentré, plus efficace, on perd la motivation altruiste et philosophique qui fonde cette technique… »

Source : Méditation et pleine conscience, GEMPPI – Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en Vue de la Protection de l’Individu.

Répondre à l’invitation de méditer sur soi ne conduira pas nécessairement au bonheur dans le moment présent. En fait, c’est le contraire, les gens heureux ne sont pas concentrés sur eux-mêmes mais sur les autres, sur l’action partagée avec les autres autres, bref, sur l’extérieur. L’exemple est donnée de ces gens qui, jouant aux cartes, s’amusent et laissent voir tout le bonheur du moment. Les joueurs ne sont pas concentrés sur eux-mêmes mais sur les autres joueurs et la partie de cartes en cours. Chacun des joueurs trouvent ainsi son bonheur dans le moment présent.

Aussi, se couper de l’autre en se concentrant sur soi par la médiation de type Pleine conscience du moment présent, ne nous permet de donner à l’autre l’occasion de mieux nous connaître. C’est dans les yeux de l’autre, dans le dialogue avec l’autre, que nous pouvons vraiment nous connaître.

Si je reconnais que la méditation permette de relaxer, de diminuer le stress, de lutter contre l’anxiété, de réguler nos émotions, etc., je questionne l’idée d’une pleine conscience du moment présent. Pour acquérir une telle conscience, il est conseillé de diriger notre attention sur nos pensées, nos émotions et nos sensations corporelles, et ce, sans les juger.

La pleine conscience est souvent comparée au stoïcisme, notamment à Marc-Aurèle ou à Épictète, pour leur philosophie du bonheur. Les deux sont effectivement proches.

L’état de pleine conscience est une façon concrète de ne pas nourrir de jugements négatifs ou des refus de la vie telle qu’elle se présente. Elle permet ainsi d’éviter ou de réduire des émotions de colère, de tristesse et de peur destructrices pour réorienter notre attention vers des perspectives plus constructives.

Cette conscience du jugement et de son effet se retrouve chez Épictète par exemple :

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu’ils portent sur les choses. » Épictète

Source : Fabien Devaugermé, Centre de Pleine Conscience, Epictète et la pleine conscience du jugement et de son effethttps://www.centrepleineconscience.fr/meditation-pleine-conscience-mbsr/epictete-pleine-conscience-jugements-inutiles.

En fait, s’agit de se calmer pour prendre du recul et observer ce qui se passe en soi. Si on y parvient, on dira que nous avons alors une pleine conscience du moment présent. Encore là, une pleine conscience du moment présent m’apparaît impossible parce qu’elle paralysera l’observateur et limitera sa capacité d’observation. Cependant, je comprends fort bien ceux et celles qui luttent contre « l’esprit de singe » avec la méditation.

Dans le monde d’aujourd’hui, il n’est pas toujours facile de prendre conscience du moment présent. Nous sommes exposés à de nombreuses distractions comme les appareils électroniques qui font en sorte que nous n’accordons pas toute notre attention à ce que nous faisons ou aux personnes qui nous entourent. De plus, il nous arrive d’attacher trop d’importance au passé ou de nous inquiéter de l’avenir. Notre esprit passe d’une pensée à une autre. C’est ce qu’on appelle « l’esprit de singe », car c’est comme si un groupe de singes sautait et criait dans notre tête pour attirer notre attention. La pleine conscience peut nous aider à maîtriser notre esprit de singe. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il est simple et facile de pratiquer la pleine conscience.

Source : eSanteMentale.ca, L’a b c de la pleine conscience, (eSantéMentale.ca est une initiative à but non lucratif de l’hôpital pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO) qui se consacre à améliorer la santé mentale des enfants, des jeunes et de leurs familles.).

Je ne connaissais pas le terme « esprit de singe » avant cette recherche sur la pleine conscience. Apparemment, il fut utilisé à l’origine par le Bouddha.

Et voici un article pour qui souhaite dompter son « esprit de singe » : 3 étapes importantes pour entraîner votre esprit de singe fou, Entreprise Prévention.

Je comprends l’invitation à la méditation lancée à une personne au prise avec un « esprit de singe ». Personnellement, lorsque mes pensées sautent du coq à l’âne, comme un singe d’une branche à l’autre puis d’un arbre à l’autre, je prends le contrôle et je décide et je dirige moi-même de mes pensées. Est-ce que je dois avouer qu’une pause s’impose avant tout pour prendre le contrôle ? Oui, et si cette pause est une méditation, je peux vous dire qu’elle ne se passe pas en silence. J’en profite pour engueuler mon esprit avec détermination et je le ramène à l’ordre. Que mon esprit trotte d’une pensée à l’autre, ça ne me dérange pas. C’est même profitable à mon imagination et ma créativité. Mais quand mon esprit prend le mors aux dents et m’empêche, par exemple, de trouver le sommeil, je tire brusquement sur la bride.

Parfois, je dois aussi vous le confesser, je laisse mon « esprit se singe » entièrement libre en posant comme son acteur préféré de mon malheur. C’est risqué, très risqué. « L’esprit de singe » a la fâcheuse habitude de me tirer vers le bas, comme si je venais de tomber dans un trou noir.

Il n’y a pas si longtemps, mon médecin a décelé chez moi un besoin de verbaliser et il me référa à une jeune travailleuse sociale. Elle m’a dit, tout bonnement : « Mais pourquoi, monsieur Guay, ne faites vous pas un pas plus long pour éviter les trous ». La simplicité de ce conseil m’a frappé. Je n’y avais pas pensé. Et c’est ce que je fais maintenant. Heureusement, je reconnais tous les trous que je rencontre sur mon chemin. Depuis le temps, devant un trou, je sais qu’il y aura une descente aux enfers, une malaise émotionnelle et intellectuelle grave. Au lieu d’y sombrer, je l’enjambe. Il n’est pas question de m’asseoir auprès du trou et de méditer sur le moment présent, je poursuis mon chemin en l’évitant.

Une pleine conscience ? Je n’y crois. J’ai une définition de la conscience fort différente de celle des adeptes de la pleine conscience. Je crois en une conscience universelle, partagée par tous les Hommes, au plus profond eux-mêmes. Mais je crois pas que nous puissions avoir une pleine conscience de la conscience universelle. Elle nous serait insupportable, car au-delà de nos limites. En revanche, je crois que nous pouvons la visiter en soi. Elle nous procure alors une certaine plénitude (définition : État de ce qui est complet, dans toute sa force). À ce stade, ce n’est qu’une simple croyance bien personnelle en attendant la science. Enfin, je me demande si l’Univers est conscient de lui-même. Je viens de lire une réponse stipulant que l’Univers trouve sa conscience en nous, en l’Homme.

Serge-André Guay, le 11 août 2022.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s